Vivez l'épopée décalée de la Yellow Army en Roumanie

07/12 à 19:00
Le Rugbynistère
La Yellow Army sera 400 à Timisoara ce samedi 8 décembre pour supporter l'ASM Clermont-Auvergne contre les Saracens de Timisoara, à 2000 kilomètres de chez eux. Ils rempliront deux avions au départ d'Aulnat. Pour ceux qui ne le savent pas, c'est-à-dire tout le monde, Aulnat est l'aéroport de Clermont-Ferrand. Voici l'épopée roumaine de notre cher Yellow Army. Simple. Basique. VIDÉO - L'épopée décalée des Rochelais en Sibérie Jeudi 6 décembre 18h : départ pour Paris La Yellow Army part la veille en train pour ne pas rater leur long périple pour la Roumanie. Jean-Claude, supporter jaunard depuis plus de 20 ans, commence déjà à chanter des chants auvergnats (comme du Sheila), avant de remettre en place une voyageuse qui leur déclare son amour pour le Tarn. 23h : arrivée à Paris  Beaucoup de supporters se dispersent, mais la plupart vont se détendre au bar "L'Auvergnat à Paris". Un bar avec une décoration épurée :  avec très peu de trophées sur les murs. On peut y déguster des cocktails tels que le "Sex on Rougerie", un vieux breuvage dont Roselyne Bachelot raffole. Ou même le "Four Tears", un mélange unique qui vous laisse un goût amer, même après 4 gorgées d'affilée. Mais le meilleur reste le "Bro on the rock" qui calme les plus réticents !  2h du mat' : heure du lit La Yellow Army se dirige vers ses hôtels pour une bonne nuit de sommeil. Même si certains se détendent autour d'une Corona dans leur chambre d'hôtel. Le chef de la Yellow Army (Vercingétorix) écartera ces "fêtards" dont un qui s'est fracturé le tibia, l'avant-bras, déplacé 3 vertèbres et attrapé un rhume en sautant sur son lit. Version dure à croire... Vendredi 7 décembre 7h20 : départ pour Charles de Gaulle Jean-Claude continue ses chants auvergnats en l'honneur d'Aurélien Rougerie dans le métro. Sa femme, qui tricote un pull jaune bien sûr, lui explique que Rougerie ne joue plus, mais il s'énerve : "J'ai fait mes premières conneries avec lui, il me l'aurait dit !" Avant d'expliquer à tout le métro que Captain America a été pompé sur la vie d'Aurélien, tout en clamant qu'Éric Lecomte allait en planter 3 demain. 8h39 : décollage pour Bucarest  Suite à un scandale dans le hall 2 de l'aéroport Charles de Gaulle, Jean-Claude décide enfin de monter dans l'avion. Il clamait haut et fort qu'il ne décollerait jamais d'un porte-avion. 12h16 : feuille de match Après discussions, la majorité des supporters se rendent compte de la feuille de match. Aucun internationaux et Morgan Parra sur le banc. Panique à bord. L'autre moitié se rend compte qu'il ne s'agit pas des bons Saracens. Des cris émanent du fond de l'avion, Jean-Claude chante encore et une tentative de détournement du vol a échoué de peu, la faute à trois supporters qui forçaient la porte des toilettes, croyant que c'était le cockpit. Ils crieront "Y'a pas de pilote en plus, c'est que des water !". Jean-Claude crie également au scandale : son plateau repas ne contient ni potée, ni truffade, ni pounti. Et il refuse de manger des lasagnes ! Déjà que ses 6kg d'aligot ont été saisis par les douanes... Pas de pique-nique pour la Yellow Army cette année !  14h17-17h : escale à Bucarest Une escale de 3h à Bucarest, quel rêve pour 97% des clubs d'Occitanie. Bernard et sa femme, nouveau habitant de Clermont, ont décidé d'intégrer la Yellow Army cette année pour s'intégrer à la vie du village. Banane à la ceinture et appareil photo au cou, ils s'en iront visiter Bucarest. Ils rentreront plus tôt à la demande de Bernard afin d'éviter une crise conjugale dans cette belle ville de Bucarest, mais surtout après que 4 filles l'ont appelé par son prénom. Jean-Claude, toujours lui, se prend d'amitié avec les habitants, montrant à tous une photo de Jacques Chirac : "this is my president !" 17h38 : décollage pour Timisoara 1h de vol où la plupart se demandent enfin ce qu'ils font ici. Surtout quand un supporter avoue avoir RMC Sports, Bein et Canal. "C'est maintenant que tu le dis !" 19h04 : arrivée à Timisoara  Un seul sentiment émane de la Yellow Army : "Pu****. On est revenu à Clermont."  20h16 : arrivée à l'hôtel  Après des minutes de doutes, la Yellow Army est bien en Roumanie. Il a fallu une localisation sur le GPS pour en être sûr, la langue et la monnaie locale n'ayant pas dissipé les premiers doutes. Après cette longue journée, les Power Rangers jaunes étendront les lumières, le tout saupoudré d'une blague de Jean-Claude : "Allez comme Aurélien, on éteint les lumiéres !" Samedi 8 décembre 8h : petit-dèj' de "champions après 6 défaites pour le Brennus en 10 ans" On s'endort sur une blague de Jean-Claude pour se réveiller sur une autre blague de Jean-Claude : "Allez comme Damien Penaud, on passe de l'ombre à la lumière !", avant que sa femme ne le pince. Ils découvriront tous le plãcintã (du latin placenta), dont ils raffolent déjà ! 9h-13h30 : visite de Timisoara La Yellow Army visite la ville et son architecture sécessionniste. Aucun musée n'a été blessé durant la visite, mais les cafés de la ville sont les plus heureux du monde (après les PMU les lendemains de défaites du XV de France). Quotidien de Yann Barthes a même envoyé un de ses journalistes sur place pour une chronique : "Les gilets jaunes se lèvent dans toute l'Europe". Jean-Claude n'a toujours pas trouvé une seule personne connaissant Jacques Chirac. 14h30 : le match ! Le stade de football de la ville, le Dan Patinisau, est pris d'assaut par les 400 supporters clermontois ! Une scène digne de "Maman, j'ai rétréci les gosses" pour les joueurs clermontois qui se retrouvent bien seuls dans ce stade vide. C'est sur ce match que les journalistes du monde entier découvrent la supercherie Franck Azéma en entendant tous les commandements qu'il donne au cours du match : "À Raka ! Filez la gonfle à Raka !". Les Roumains découvrent Rémy Grosso, notre Jonard Lomu à nous. Sur chaque prise de balle le temps s'arrête, mais du fait de sa vitesse. Ses débuts sont durs, mais il a encore en tête sa blessure et les mots, sûrement mal interprété, de Ofa Tu'ungafasi qui lui avait infligé sa blessure : "Je suis également désolé de ne pas avoir pu te voir avant notre départ, mais j'espère qu'on se recroisera bientôt, mec." Cette dernière phrase résonne et lui provoque des insomnies où il se réveille pour dessiner la nuit depuis. 14h42 : 7e essai des Clermontois Clermont atomise Timisoara après seulement 12 minutes de jeu. La Yellow Army s'endort déjà et seul Jean-Claude continue de s'égosiller en encourageant Napoleoni Nalaga et Tony Marsh. C'est le moment que choisit Franck Azéma pour faire rentrer Morgan Parra qui aura passé tout son temps à critiquer les choix de la charnière, pourtant à l'origine de 5 des 7 essais clermontois avec le grand "Watch me Nanai Williams" et "Décalé Cassang" (deux titres interplanétaires). Sur une charge dévastatrice de Damien Chouly, l'arbitre tombe. Il héritera de la casquette d'or pour avoir été le premier homme à tomber sous une charge de Chouly, après un enfant qu'il n'avait pas vu rue Saint-Esprit à Clermont. 16h00 : fin du match Le score est sans appel : 104 à 13 pour les Clermontois. La sirène du stade réveille les supporters qui applaudissent en cœur, "Quel match !" Les joueurs décident d'aller remercier la Yellow Army qui a fait ce long déplacement. Pour Paul Jedrasiak, il y a un souvenir de place de Jaude un lendemain de finale de TOP 14 avec tout ce monde.  17h00 : retour en France  La Yellow Army est ravie de son voyage en Roumanie, mais il est temps de rentrer. C'était un match formidable, à l'aéroport tout le monde a des versions différentes du match et fait croire à son camarade qu'il a tout vu. Seul Jean-Claude, qui est resté éveillé tout le match, connaît la vérité. Dimanche 10 décembre 10h48 : arrivée à Paris Des heures de vols qui ont fini d'achever la Yellow Army. Exténués, ils sont enfin en France, enfin, à Paris. Mais les problèmes ne s'arrêtent pas là : 5 cars de CRS les attendent à la sortie de l'aéroport... "Cette fois-ci les gars, on se les fait ces gilets jaunes !" crie le brigadier-chef qui a traduit Yellow Army à ses troupes. La Red Army du Munster est dans l'aéroport et soutien les CRS suite à la défaite du Munster en 2014. Quelques coups de matraque et clés de bras bien exécutées, les premiers gaz lacrymogènes sont lancés. Et c'est sûrement ce qui sauvera la Yellow Army d'une énorme bavure policière. Devant les larmes des supporters clermontois, le brigadier-chef se rendra compte qu'il a affaire à des supporters de l'ASM Clermont-Auvergne. Jean-Claude, attristé et déçu de ce spectacle, demandera la démission de Jacques Chirac.